Le pamplemousse peut être bénéfique pour la réparation des mutations génétiques, le cancer, maladies métaboliques et le vieillissement précoce de la peau

Dans ce post, je passerais en revue quelques preuves qui confirment que le pamplemousse contient des molécules qui sont capables  de réparer plusieurs types de mutations génétiques  (SECTION A),  de combattre le cancer (SECTION B) ainsi que plusieurs désordres métaboliques et le vieillissement précoce de la peau (SECTION C).

SECTION A

RÉPARATION DES MUTATIONS GÉNÉTIQUES

Les scientifiques ont découvert deux composés trouvés dans le pamplemousse qui peuvent aider à la réparation des dommages de l’ADN. La première molécule s’appelle naringénine, un bioflavonoïde trouvé dans tous les agrumes en  petites quantités, mais en abondance dans le pamplemousse. Les éléments de preuve qui appuie cette affirmation a été établie dans une étude menée en 2006 avec des cellules cancéreuses de la prostate humaine. Cette étude a conclu que la naringénine a été en mesure d’aider à restorer l’ADN endommagé par l’induction de deux enzymes qui fonctionnent au cours de l’étape de réplication cellulaire.

“Dans le cadre d’une étude systématique des effets des molécules phytochimiques au-delà des composants antioxydants sur la prévention du cancer, nous avons examiné si la naringénine (NR), un flavonoïde d’agrumes, stimule la réparation d’ADN suivant les dommages oxydatifs dans les cellules cancéreuses de la prostate humaine LNCaP. (…) En conclusion, les effets de cancer préventive d’agrumes démontré dans les études épidémiologiques peuvent être dues en partie à la stimulation de la réparation de l’ADN par NR, ce qui en stimulant les processus de BER peuvent empêcher des changements mutagènes dans les cellules cancéreuses de la prostate ».  (1) (Source)

SECTION B

LES EFFETS ANTI-CANCERS DU PAMPLEMOUSSE

Dans encore une autre étude, la naringénine du pamplemousse a inhibé à la fois le cancer du côlon et la croissance des cellules du cancer du sein grâce à son action sur le cycle cellulaire et sa capacité à favoriser l’apoptose (mort cellulaire).

“Les produits naturels avec divers bioactivité deviennent une source importante de nouveaux agents ayant un potentiel médicinal (…)  Nar a été montré inhiber à la fois le cancer du côlon humain et la croissance des cellules du cancer du sein….“. (2) (Source)

En plus de la naringénine, le pamplemousse contient également une abondance de l’apigénine, qui est un autre bioflavonoïde trouvé en grande quantité dans le pamplemousse, ainsi que dans les oranges, le persil, les oignons et le thé à la camomille. Il a des effets anti-oxydants, anti-inflammatoires et de multiples propriétés anti-tumorales.

Dans cette perspective, par l’intermédiaire d’une étude réalisée en 2014, les scientifiques ont pu démontrer que l’apigénine pouvait inhiber la synthèse de l’ADN dans un panel de lignées cellulaires de cancer du sein humain. Cela a entraîné une prolifération cellulaire réduite et l’arrêt du cycle cellulaire. Les chercheurs ont conclu que l’apigénine à faible dose a le potentiel de ralentir ou prévenir la progression du cancer du sein.

“Les études épidémiologiques montrent que les régimes alimentaires à base de fruits et de légumes riches sont associés à un risque réduit de développer certaines formes de cancer, notamment le cancer du sein. Dans cette étude, nous démontrons qu’une concentration subcytotoxique d’apigénine, qui est une flavone trouvé à des concentrations élevées dans le persil, les oignons, les pamplemousses, les oranges, et de thé à la camomille, la synthèse d’ADN inhibés dans un panel de lignées cellulaires de cancer du sein humain (…). Prise ensemble, ces résultats suggèrent que l’apigénine à faible dose a le potentiel de ralentir ou empêcher la progression du cancer du sein ».  (3) (Source)

SECTION C

LE PAMPLEMOUSSE PEUT AUSSI CIBLER QUELQUES DÉSORDRES MÉTABOLIQUES ET RALENTIR LE PHOTO-VIEILLISSEMENT DE LA PEAU

Au plan du métabolisme, une étude sur des animaux a montré que le jus de pamplemousse  a un effet positif sur la perte de poids , l’amélioration de la glycémie (à jeun), sur le taux d’insuline sérique (à jeun) et sur les triglycérides. Le pamplemousse a été également comparé favorablement à la metformine dans la réduction du poids. (Source)

Ces effects thérapeutiques ont été confirmé cliniquement.

“In metabolic syndrome patients the effect was also seen with grapefruit products. Insulin resistance was improved with fresh grapefruit. Although the mechanism of this weight loss is unknown it would appear reasonable to include grapefruit in a weight reduction diet”. (Source)

En ce qui concerne la protection de la peau, le pamplemousse doit être rose ou rougeâtre, car cette couleur signifie qu’il y a une abondance de lycopène, une molécule riche en caroténoïde, avec de multiples effets sur la santé, y compris dans le ralentissement du vieillissement de la peau, en particulier, en bloquant les enzymes impliquées dans la destruction du collagène .

“…Our results suggest that topical lycopene is able to exert its protective effects against acute UVB-induced photodamage. Furthermore, it may act as a preventative agent via inhibition of epidermal ornithine decarboxylase activity, reducing inflammatory responses, maintaining normal cell proliferation, and possibly preventing DNA damage as indicated by blocking the necessitating step of apoptosis following UVB injury. (4) (Source)

CONCLUSION

Afin de profiter pleinement de ce fruit, les études suggèrent de manger des pamplemousses frais en bio tout au long de la journée et au cours de l’année, y compris sa pulpe blanche qui contient une autre molécule “anti-âge”, la quercetine, ses graines (assez riches pour produire des arbres) et je suggère même quelques morceaux d’écorce de pamplemousse, riche en limonène et d’autres substances intéressantes, ce qui peut être mélangé avec d’autres superaliments dans un mixer en vue de concocter un bon smoothie, y compris avec de cannelle, ce qui favorise un bon fonctionnement de l’insuline.

Christian Joubert (Directeur du Centre)

GrapefruitCC3

REFERENCE NOTES

(1). J Nutr Biochem. 2006 Feb;17(2):89-95.
The citrus flavonoid naringenin stimulates DNA repair in prostate cancer cells.
Gao K1, Henning SM, Niu Y, Youssefian AA, Seeram NP, Xu A, Heber D.

(2)  Cancer Cell Int. 2015 Apr 24;15:46.
Growth inhibitory and chemo-sensitization effects of naringenin, a natural flavanone purified from Thymus vulgaris, on human breast and colorectal cancer. Abaza MS1, Orabi KY2, Al-Quattan E1, Al-Attiyah RJ3.

(3)   Exp Mol Pathol. 2014 Oct;97(2):211-7.
Exposure of breast cancer cells to a subcytotoxic dose of apigenin causes growth inhibition, oxidative stress, and hypophosphorylation of Akt. Harrison ME1, Power Coombs MR2, Delaney LM1, Hoskin DW3.

(4). Lycopene, an acyclic hydrocarbon carotenoid found in tomatoes and other red and pink fruits and vegetables, is a well-established potent antioxidant, and its anticancer properties have been shown in cultured cells and animal models. Cf  Ultraviolet B-Induced Photodamage Zsuzsanna Fazekas , Dayuan Gao , Rao N. Saladi , Yuhun Lu , Mark Lebwohl & Huachen Wei, Journal Nutrition and Cancer, Volume 47, 2003 – Issue 2

Screen Shot 2015-03-28 at 12.36.01 PM

Avertissement: Rien dans ce post éducatif doit être interprété comme des conseils médicaux

2016 (c). Centre de bien-être et de médecine holistique et agents. Tous les droits sont réservés.

Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Translate »
error: Content is protected !!
%d bloggers like this: