La Hug Thérapie, productrice d’ocytocine et d’anandamide, fait partie de la Médecine Holistique

En mettant en oeuvre la “hug therapy”, (ie, thérapie de l’accolade, de l’étreinte), des scientifiques universitaires américains ont démontré que l’hormone ocytocine (1) se mobilise en actionnant les récepteurs de notre système endocannabinoidal, tout en vivifiant une autre molécule qui s’appelle la “bliss molecule” ou l’anandamide. (2) Ce faisant, les sentiments de bonheur et de  récompense sont mieux ressentis. Cette étude a été publiée par l’Académie nationale des sciences des Etats-Unis.
En médecine classique enseigné dans les faculté de médecine française, on apprend que l’hormone oxytocine est impliquée dans la reproduction sexuée pendant et après la naissance (3). Elle est libérée en grande quantité après la distension du col de l’utérus et de l’utérus pendant le travail d’accouchement, (ce qui facilite la naissance) et après stimulation des mamelons, l’allaitement.  L’on enseigne aussi que dans certaines situations, l’ocytocine, en association avec la vasopressine, pourrait promouvoir des comportements agressifs concernant la défense d’un proche. (4 )
D’autres études complémentaires et relativement récentes ont montré que l’ocytocine pourrait avoir un rôle dans différents comportements, comme les relations sexuelles et l’orgasme, la reconnaissance et interaction positive sociale, l’empathie, le “low intensity stimulation” par le touché, les caresses chaleureuses, les comportements maternels et autres, d’où son appellation d’ “hormone du plaisir” ou “hormone du bonheur”. (5) Une autre étude a démontré que seul le reniflement de l’ocytocine boosterait la confiance que ressent une personne vis-à-vis autrui. (6)
Toujours est-il que la voie d’activation du mécanisme principal de la “Hug Thérapie” se trouverait au niveau du cerveau, dans le NAc, ce que l’on appelle nucleus accumbens. (7)
Ainsi, à l’instar de la stimulation du mamelon, (8) en stimulant par un simple “hug” (une accolade) la production de la molécule ocytocine, par un mécanisme de ricochet, il y a un boost dans la mobilisation de l’anandamide du NAc.
La Hug thérapie peut  ainsi être une réponse partielle à la dépression,  l’autisme, la pression artérielle, l’insuffisance immunitaire et, entre autres pathologies, le mal être. (9)
Par conséquent, le consommateur peut d’ores et déjà minimiser, voire éviter d’etre médicalisé avec les molécules ocytocines de synthèse.  (10)
OxytocinMoleculePD
Image de haut: L’ocytocine est un polypeptide comportant neuf acides aminés, dont les deux groupements cystéine sont reliés par un pont disulfure (Cys1 – Cys6). La séquence des acides aminés est présentée ci-dessous H3N+─Cys─Tyr─Ile─Gln─Asn─Cys─Pro─Leu─Gly─COO-. Sa structure moléculaire ci-dessus. 
NOTE DE PRÉCISION ET DE RÉFÉRENCE
(1). La molécule ocytocine est un neuropeptide sécrété par les noyaux paraventriculaire et supraoptique de l’hypothalamus ainsi que par l’hypophyse postérieure (neurohypophyse) qui est connu par la médecine de l’ancien régime comme étant principalement liée aux muscles lisses de l’utérus et des glandes mammaires. Etymologiquement, ocytocine veut dire “accouchement rapide” (« ocy » du grec ὠκύς, ôkus : rapide et de « tocine » τόκος : accouchement).
(2). L’anandamide ou N-arachidonoylethanolamide ou AEA, est un neurotransmetteur cannabinoïde endogène présent dans l’organisme des animaux comme des humains, en particulier dans le cerveau.  Son nom est la contraction du sanskrit ananda, qui signifie « béatitude » et amide, sa fonction chimique.  Elle est synthétisée à partir du N-arachidonoyl phosphatidyléthanolamine par de nombreuses voies métaboliques.  Nous examinerons davantage cette molécule quand  nous regarderons l’approche holistique au cancer  (ie, cette molécule inhibe la prolifération cellulaire du cancer du sein humain) et autres maladies.
(3). Jennifer L. Garrison, Evan Z. Macosko, Samantha Bernstein, Navin Pokala, Dirk R. Albrecht et Cornelia I. Bargmann. « Oxytocin/Vasopressin-Related Peptides Have an Ancient Role in Reproductive Behavior » Science 2012;338(6106):540-3.
(4).  Du point de vu de l’évolution biologique,  l’ocytocine et la vasopressine  jouissent de structures moléculaires voisines (sept acides aminés en commun). Toutefois, ces deux hormones possèdent quelques différences en ce que la composition chimique de l’ocytocine est la même chez tous les mammifères, tandis que la structure moléculaire de la vasopressine diffère légèrement chez certaines espèces.  Voir Larry J. Young, Loretta M. Flanagan-Cato. « Editorial comment: oxytocin, vasopressin and social behavior » Hormones and Behavior 2012;61(3):227-229.  Cade McCall & Tania Singer, « The animal and human neuroendocrinology of social cognition, motivation and behavior », Nature Neuroscience, vol. 15, no 5,‎ mai 2012, p. 681–688
(5). D’autres hormones comme la testostérone appelée « l’hormone du désir », la prolactine à l’effet libidinal et, entre autres, la lulibérine (qui entraîne l’accouplement), interviendraient également dans la genèse de l’état amoureux.  Cf., Jean-Didier Vincent, Biologie des passions, Odile Jacob,‎ 1999, p. 242.
(6). Kosfeld M, Heinrichs M, Zak PJ, Fischbacher U, Fehr E, Oxytocin increases trust in humans, Nature, 2005,435, 673-676.
(7). L’ocytocine est surtout synthétisée par le cerveau, toutefois,  il a été démontré que plusieurs autres types de cellules que celles du système nerveux sécrètent de l’ocytocine. La synthèse se fait en continu, mais avec des périodes de synthèse plus importante, comme pendant la hug thérapie, ou au moment d’une accolade affectueuse.
(8).  Dans la glande mammaire, la succion du mamelon est de même détectée par des récepteurs reliés au système nerveux central. Cette stimulation entraîne la production d’ocytocine par la neurohypophyse à la suite de l’envoi d’influx nerveux efférents provenant de l’hypothalamus. Toutefois, à l’inverse d’autres hormones, l’ocytocine ne bénéficie pas d’un dispositif régulateur (feed-back) qui permettrait de limiter sa production. Il semble au contraire que l’ocytocine active des processus qui fonctionnent en « cascade ». C’est pourquoi l’on peut en observer des pics importants et une production sur un mode pulsatif.  Kerstin Uvnäs-Moberg et al ont démontré que la durée moyenne d’allaitement au sein est supérieure chez les femmes qui ont bénéficié de production pulsative d’ocytocine naturelle pendant leur accouchement. Et que ces mères qui allaitent depuis l’accouchement bénéficie d’un boost en ocytocine et prolactine. (Source). 
(9). Lena M. Forsell and Jan A. Åström (2012). Meanings of hugging: From greeting behavior to touching implications. Comprehensive Psychology: Volume 1, Issue .  (Source)
(10). L’ocytocine fait partie de la liste des médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la santé.

LOGOcentrePy

Copyright (c) 2015-6  Centre de Médecine et de Bien-être Holistique
Avertissement: Rien de ce site éducatif peut être interprété comme étant constitutif d’un avis médical.
Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Translate »
error: Content is protected !!
%d bloggers like this: