La vaccination vue au travers du prisme du microbiome, de la science et de la médecine holistique.

Suite à la radiation de toute évidence abusive d’Henri Joyeux, professeur de cancérologie, par le Conseil National de l’Ordre des Médecins, (crée par l’Etat de Vichy), je viens d’écouter une partie du débat vaccin français et je constate plusieurs carences par rapport aux débats scientifiques américains.

LE DÉBAT SCIENTIFIQUE AMÉRICAIN SE PORTE SUR LE MICROBIOME

Le débat scientifique en Amérique se porte de plus en plus sur l’effet néfaste des antibiotiques et des vaccins contre un nouveau “organe” clef pour l’immunité, que la médecine contemporaine a découvert depuis peu, le “microbiome”,  lequel est l’une des grandes découvertes de la science de la vie depuis environ cinq ans. Le “microbiome” se traduit en partie par “la flore intestinale” et “terrain” ou bio-terrain. (1)

Comme le montre des centaines d’études, le microbiome est indissociable de  l’immunité ainsi que de plusieurs maladies dont l’obésité et  le “leaky gut syndrome” (perméabilité intestinale), un facteur que presque toutes les  maladies auto-immunes, dont l’autisme, partagent.

Exemple à l’appui, graçe aux “fecal transplants” on peut désormais guérir plusieurs maladies, dont l’obésité. Autrement dit, il suffit d’insérer le microbiome d’un donneur sain au malade pour  voir des résultats.

Dans cette perspective du microbiome, l’une des questions principales qui est actuellement examinée avec acuité est de savoir  dans quelle mesure  la plupart des antibiotiques et des vaccins (et pas seulement le vaccin contre l’hépatite B) (2) ont des effets néfastes sur ce microbiome. (3)

Bien qu’il y ait encore débat sur cette question, le rapport entre le microbiome, qui constitue plus de 70 pourcent de l’immunité naturelle, et l’action des vaccins sur ce microbiome doit être considéré avec plus de sérieux. (4)

Dans ce débat français sur la vaccination, je n’ai rien entendu sur ce sujet.

LE DÉBAT SCIENTIFIQUE SUR LA VACCINATION EST SOUVENT POLITISÉ

Il est probable que cette question du microbiome et de l’immunité soit minimisée en France vu les intérêts financiers des laboratoires pharmaceutiques, les dogmes de l’Institut de Pasteur ainsi que l’ignorance ou la corruption des agents de l’Etat qui préfèrent ne pas bousculer un marché juteux et le système de contrôle y afférent.

A l’instar de ce qui se passerait en France,  aux récentes fraudes et condamnations judiciaires répétées de plusieurs laboratoires pharmaceutiques américaines et internationales s’ajoute une loi du Congrès américain fédéral qui protège ces même fabriquants de vaccins de poursuites judiciaires via le mécanisme de l’immunité judiciaire. Sauf quand il y a fraude. Il y a aussi un fond de compensation des victimes, mais la “faute médicale” n’est par retenue pour cette catégorie de médicament. Car ici aussi, il y a un problème de non reconnaissance des faits par ceux et celles qui contrôlent les rouages de l’Etat, en l’occurence par la FDA et la le CDC (agences réglementaires américianes) qui souvent sont en connivance avec les laboratoires pharmaceutiques, lesquels financent beaucoup de campagnes électorales et d’études qui seront utilisées par des agents “achetés” de l’Etat et ce, en dépit des protestations civiques de personnes politiques comme Sanders, Nader ou Jill Stein.

Toujours est-il que depuis longtemps, l’on sait que  les  vaccinations anti-varioles aux Philipinnes, la vaccination anti-polio en France, la vaccination anti-diphtérie obligatoire en Allemagne à l’èpoque du 3ième Reich et d’autres campagnes vaccinatoires ont produit davantage de problèmes de santé que de prévention de maladies, comme le documentaire  “Vaxxed” ci-après confirme. (Pour la traduction, voir le bouton traduction ci-dessous).

“In 2013, biologist Dr. Brian Hooker received a call from a Senior Scientist at the U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC) who led the agency’s 2004 study on the Measles-Mumps-Rubella (MMR) vaccine and its link to autism. The scientist, Dr. William Thompson, confessed that the CDC had omitted crucial data in their final report that revealed a causal relationship between the MMR vaccine and autism. Over several months, Dr. Hooker records the phone calls made to him by Dr. Thompson who provides the confidential data destroyed by his colleagues at the CDC. Dr. Hooker enlists the help of Dr. Andrew Wakefield, the British gastroenterologist falsely accused of starting the anti-vax movement when he first reported in 1998 that the MMR vaccine may cause autism. In his ongoing effort to advocate for children’s health, Wakefield directs this documentary examining the evidence behind an appalling cover-up committed by the government agency charged with protecting the health of American citizens.Interviews with pharmaceutical insiders, doctors, politicians, and parents of vaccine-injured children reveal an alarming deception that has contributed to the skyrocketing increase of autism and potentially the most catastrophic epidemic of our lifetime”. (Source)

LA CONDAMNATION DU PROFESSEUR JOYEUX EST ATTENTATOIRE À LA CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L’HOMME ET AUX PRINCIPES D’HELSINKI

La condamnation du Professeur Joyeux semble s’inscrire dans cette perspective politique ou des agents de l’Etat sont souvent en collusion avec les intérets des finances. En droit, cette sanction porterait atteinte tant à La Convention Européenne des droits de l’homme que la Constitution française qui garantissent la liberté d’expression. En outre, en vertu de la  Convention européenne (ainsi que des principes du AMA, American medical association), la liberté de prescrire ou de ne pas prescrire suivant la conscience du médecin est protégé. Et ce d’autant plus que le souci majeure du Dr Joyeux semblait être la santé publique et le bien-être des familles. Au regard des principles d’Helsinki et autres textes, il aurait même le devoir d’informer ses patients et lecteurs de tous risques médicaux et en particulier, des risques de la vaccination préventive française.  Autrement dit, supprimer le débat sur cette question est en effet attentatoire non seulement à la loi française, mais aussi à la jurisprudence européenne de Strasbourg.  Dr Joyeux devrait pouvoir faire appel de cette décision, puis s’il n’a pas gain de cause,  il y a le recours en cassation et celui de la Convention européenne.

L’INTÉRET SUPÉRIEUR DE L’ENFANT

Dans ce débat français sur les vaccins lancé graçe à Henri Joyeux et d’autres professionnel de la santé et citoyens, j’ai appris que les autorités françaises obligeraient les parents des bébés de deux mois de les vacciner avec des vaccins (DPT) contenant mercure, aluminium et autres ingrédients qui pourraient ne pas être sains. Au regard de la médecine avancée, cela parait déraisonable.

Il n’y a plus de doute aujourd’hui que  le meilleur de la  science médicale a démontré que l’approche la plus efficace et prudente en faveur du bébé et de sa santé repose sur son boost immunitaire par une bonne l’hygiène, (mais pas trop d’hygiène) (5), par le puissant lait maternel et le “microbiome” du tube vaginal de la mère, grace auquel l’enfant construit son propre système immunitaire et microbiome en douceur. (6)

Ceci dit, quand il y a carence importante en matière d’hygiène publique, notamment dans les pays pauvres, il est envisageable de procéder à la vaccination préventive, à condition que l’aluminium et le mercure soit remplacés par des ingrédients plus sains.

La priorité en médecine doit toujours être focalisée sur le principle “primum non nocere”, d’abord ne pas nuire,  ce qui fait le moins mal, ainsi, le standard médical devrait etre d’abord l’hygiène, l’accouchement naturel, (les accouchements césariens sont une catastrophe au niveau de la construction immunitaire du bébé),  ensuite le lait maternel, (7) puis la médecine holistique, avec l’accent mis sur la nutrition cliniques. (8).

Aujourd’hui, la connaissance médicale montre en effet que l’utilisation des vaccins et des antibiotiques ne se justifie que dans des circonstances exceptionnelles. Meme l’Organisation Mondiale de la Santé a récemment tiré l’alarme sur les abus des antibiotiques. Autrement dit, ces médicaments ne devrait pas être la norme ou le standard, comme cela semble être encore le cas en France.

DÉSACCORD RESPECTUEUX AVEC HENRI JOYEUX ET UNE PARTIE DE LA COMMUNAUTÉ SCIENTIFIQUE FRANÇAISE

Dans une interview récente (voir le poste précédent), le professeur Joyeux a aussi recommandé l’obligation générale du combinatoire vaccins DTP (c.a.d diphtérie, tétanos et polio), pour tous les bébés français. (9) Peut-être que cela serait approprié dans les zones délabrées françaises ou concernant les réfugiés venant des contrés ou il y a peu d’hygiène,  mais en faire une obligation générale nationale pour tous les bébés est une recommendation qui ne me semble pas conforme à  la science, ni à l’intéret général et encore moins à la santé du microbiome en construction du bébé. En outre, la plupart des pays avancés n’ont pas cette obligation, et pour cause. (10)  Toujours est il que le professeur Joyeux au moins met en garde ses lecteurs des effets nocifs de l’aluminium comme adjuvant des vaccins, surtout pour les bébés de deux moins.

CONCLUSION

En attendant une nouvelle législation responsable et davantage conforme à la science, le principe de dérogation devrait rester en vigueur.

S’appuyant sur le principe de précaution, le principe de dérogation permet aux familles (et leurs médecins) éclairées par la science dénuée de préjugés et de dogmes de respecter la croissance naturelle et robuste de l’enfant, sans interventions vaccinatoires et toxiques qui risquent de dégénérer tant le microbiome que l’immunité naturelle de l’enfant, préparant par la même l’acquisition de l’une de plus de 120 maladies auto-immunes qui continuent de ravager la santé du Peuple.

Ainsi,  les nouvelles données en science exigeraient un “new look” sur cette question.

Mais ceux et celles qui profitent des vaccins, des antibiotiques, du système tel qu’il est et des dogmes, seront t’il d’accord ? Comme cette affaire Joyeux le montre, rien n’est moins certain.

Christian Joubert, juriste et naturopathe,  directeur du Centre holistique, actuellement en Amérique.

NOTES DE RÉFÉRENCE

(1). Le microbiome est toutefois beaucoup plus que la flore intestinale, puique il y a aussi un microbiome de la peau, de la cavité orale et d’autres parties de corps, en totale, nous avions environ dix fois plus de bactéries et virus du microbiome que de cellules humaines, lesquels apportent plus de trois millions de gènes à l’organisme humain qui inter-agissent avec nos 23,000 gènes, nos neuro-transmetteurs, nos hormones, nos neuro-peptides, nos récepteurs… Toujours est-il que la question du rapport entre vaccin et le microbiome devrait être présente dans ce débat vaccin français.   http://www.cell.com/trends/immunology/pdf/S1471-4906(14)00114-8.pdf

(2). http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/15287394.2010.519317#.VBbrjef1aRs  Bernard Kouchner avait interdit le vaccin de l’hépatite B suite études qui montraient  le rapport entre ce vaccin et la scélérose en plaque.

(3). Cela ne veut pas dire que les antibiotiques et les vaccins sont toujours néfastes. Il y a des circonstances ou ces médicaments peuvent être utiles, voire nécessaires.

(4).  http://www.scientificamerican.com/article/gut-microbes-may-help-determine-our-immune-response-to-vaccines/

(5). Mais pas trop d’hygiène…et surtout du style “chlore” et autre produits chimiques… plusieurs études montrent que les enfants qui sont dehors, en contact avec toutes sortes d’animaux et de bactéries benéficient d’une immunité naturelle plus grande et par la suite, ces enfants qui ont eu moins d’hygiène ont moins de maladies auto-immunes et se portent mieux. En fait, ce qu’il faudrait c’est une hygiène holistique. Voir les cours de centre pour toutes précisions.

(6) http://www.nature.com/nm/journal/v22/n7/full/nm.4142.html

(7). La mère transmet toutes sortes de globulines immunitaires et autres via le placenta et le lait maternel, rich en acide laurique et autres. Ainsi, dans de bonne condition alimentaires et hygiénique, l’enfant est protégé tant pour ce qui est de l’immunité spécifique que générale.

(8).  Cf. Wafaie W. Fawzi, MD; Thomas C. Chalmers, MD; M. Guillermo Herrera, MD; and Frederick Mosteller, PhD, “Vitamin A Supplementation and Child Mortality: A Meta-Analysis,” Journal of the American Medical Association, February 17, 1993, p. 901.. Prakash Shetty, Nutrition Immunity & Infection, 2010, p. 82.  Fred R. Klenner, MD, “The Treatment of Poliomyelitis and Other Virus Diseases with Vitamin C,” Southern Medicine & Surgery, July 1949. 39. “Cinnamon Stops Measles,” New York Times, August 12, 1917.

(9). Peut-etre que le Professeur Joyeux préfèrait pecher par excès de prudence par rapport  au Conseil de l’Ordre ? Toujours est’il qu’il  y a un pourcentage non négligeable (en dessous de 3 pour-cent) des vaccinés qui subissent des complications graves quand ils sont vaccinés, dont la mort pour des bébés. Idem pour les mères enceintes, alors qu’il y a d’autres alternatives que les vaccins pour ce qui est de la maturation de l’immunité de l’enfant lui permettant d’éviter les maladies infectueuses les plus communes, encore que certaines maladies infectueuses sont bénéfiques au regard du développement du système immunitaire, et la plupart de ces maladies peuvent être traiter par la médecine holistique et nutritionnelle sans le risque des vaccins, en particulier, avec la vitamine A et C et certaines plantes médicinales.

(10). Déjà la plupart des Etats aux Etats Unis n’ont aucune obligations vaccinale (ie, les législateurs de la Californie viennent toutefois de céder aux pressions des laboratoires), ni la majorité autres Nations en Europe.

Le trailer Vaxxed, un récent documentaire sur la fraude et les dégats des vaccins en Amérique

 LOGOcentrePy

Avertissement

Ce poste est d’ordre informationnel et ne peut etre interprété comme un avis médical.

2016 (c). Centre de bien-être et de médecine holistique. Tous droits réservés.

Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Translate »
error: Content is protected !!
%d bloggers like this: